Logo Paroisse Saint Colomban

La Nouvelle église Saint-Colomban

Retrouver toutes les informations sur le projet de la Nouvelle église Saint-Colomban.

Lire la suite

Le Secours Catholique

Faire rayonner la charité Chrétienne par la mise en œuvre d’une solidarité concrète entre tous, en France et dans le monde.

Lire la suite

Saint-Colomban

Saint-Colomban, marcheur de Dieu
Un article de Christine Martin de Saint-Semmera dans le numéro 98 de Généalogie Briarde lui est consacré  

Lire la suite

Vie paroissiale

Retrouver toutes les actualités et informations paroissiales du moment.

Lire la suite

Pendant la belle vigile pascale que nous avons célébrée à Villeneuve-le-Comte, la liturgie a utilisé de nombreux signes pour faire comprendre le mystère de Pâque : le feu, le cierge, la lumière, l’encens, et l’eau.

Ces éléments naturels manifestent le mystère de la Pâque et montrent que la création est toute entière incluse dans le salut que le Christ apporte par sa résurrection. La lumière qui est diffusée au début de la célébration depuis le cierge pascal à toute l’assemblée, symbolise la lumière de la création, celle de la colonne de nuée qui accompagnait le peuple au désert et enfin la lumière de la résurrection qui vient illuminer l’église au moment du gloria.

Au moment de la bénédiction de l’eau qui servira pour les baptêmes, la force de cette lumière est transmise à l’eau par la plongée du cierge pascal dans la cuve baptismale. L’eau bénie de Pâques devient ainsi le conducteur de la lumière du Christ dans le monde.

Avec cette eau, les catéchumènes sont illuminés par le Christ. Le peuple de Dieu renouvelle ses promesses baptismales en en étant aspergé chaque dimanche du Temps Pascal et les enfants y seront baptisés. Les fidèles sont appelés à répandre sur eux-mêmes cette eau en se signant avec, mais aussi à la répandre autour d’eux et dans leur lieu de vie.

C’est pourquoi le Temps Pascal est un temps favorable pour faire bénir sa maison et laisser entrer dans sa maison la lumière du Christ en y « faisant couler les fleuves d’eau vive ».

Père Pierre-Alain d’ARTHUYS