Logo Paroisse Saint Colomban

La Nouvelle église Saint-Colomban

Retrouver toutes les informations sur le projet de la Nouvelle église Saint-Colomban.

Lire la suite

Saint-Colomban

Saint Colomban, marcheur de Dieu
Un article de Christine Martin. 

Lire la suite

Vie paroissiale

Retrouver toutes les actualités et informations paroissiales du moment.

Lire la suite

Alors qu’il s’apprête à vivre le départ de sa crucifixion et celui, non moins crucifiant, de son ascension, Jésus prépare ses disciples à la crise spirituelle qu’ils vont vivre. « Je frapperai le berger et les brebis seront dispersées ».

En les exhortant à « ne pas être bouleversés », Jésus ne leur dit pas « vous verrez ça va bien se passer ». Jésus sait que ça ne va pas bien se passer, il annonce même à plusieurs reprises qu’ils souffriront des persécutions extérieures mais aussi des défections et des scissions à l’intérieur même de l’Église et des familles. Néanmoins au milieu de ces tribulations, Jésus les exhorte tout de même à ne pas se laisser bouleverser au point de perdre la foi en lui. Au milieu des malheurs, Jésus leur demande au contraire de garder sa paix, d’être fidèle au don qu’il leur a fait. « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ». Cette paix que rien ne peut bouleverser est le don que Dieu nous fait en Jésus. Dans la vie de l’Église nous pouvons être affectés par les persécutions, les malheurs, les défections, le péché ou la fragilité des hommes, mais si nous gardons la foi il demeure en nous-mêmes une paix profonde et ferme que rien ne pourra nous ravir.

Elle est un fruit tangible de la victoire du Christ sur le monde. Demandons-la instamment au Seigneur et laissons ces paroles de Thérèse d’Avila nous recentrer sur l’essentiel : « Que rien ne te trouble, que rien ne t’effraie, tout passe, Dieu ne change pas, (…) ; celui qui possède Dieu ne manque de rien, Dieu seul suffit. »

Père Pierre-Alain d’Arthuys