Logo Paroisse Saint Colomban

La Nouvelle église Saint-Colomban

Retrouver toutes les informations sur le projet de la Nouvelle église Saint-Colomban.

Lire la suite

Saint-Colomban

Saint Colomban, marcheur de Dieu
Un article de Christine Martin. 

Lire la suite

Vie paroissiale

Retrouver toutes les actualités et informations paroissiales du moment.

Lire la suite

Parfois avec la fatigue, les choix à faire, les épreuves souvent imprévues, nous nous trouvons un peu découragés et impuissants. Nous nous demandons si le brouillard va se lever… C’est à ce moment-là qu’il ne faut pas laisser l’espérance nous abandonner !

Dieu chemine avec nous et nous porte son amour. Nous pouvons espérer en toutes circonstances car Dieu est à côté de nous. Jamais nous ne pouvons considérer justement être seul puisqu’il nous dit : « Je suis avec vous pour toujours » (Mt 28, 20).

Cet été, prenons le temps et considérons la présence de Dieu à nos côtés. Sachons-nous rendre compte de son action dans notre vie pour le remercier d’une part mais aussi pour laisser l’espérance grandir en nous.

Dans les difficultés de la vie, confions-nous à Dieu. Allons à Dieu par la voie de l’espérance !

Comme le pape François nous le suggère, regardons les enfants ! Quand nous nous retrouvons devant un enfant, même si nous sommes préoccupés par de nombreux soucis, il nous vient un sourire de l’intérieur. C’est que devant un enfant, nous nous trouvons devant l’espérance. Un enfant est une espérance ! Ainsi le pape nous invite à voir dans la vie le chemin de l’espérance qui nous conduit à trouver Dieu. Dieu qui s’est fait enfant en Jésus pour nous.

Toujours selon le pape François, l’espérance nous enseigne à sourire pour trouver cette route qui mène à Dieu et aux autres. Lorsqu’on se détache de Dieu, on ne sourit plus. Peut-être pouvons-nous rire ou plaisanter mais il manque le sourire. Car le sourire est l’espérance de trouver Dieu.

En faisant mémoire de l’année écoulée, cet été, laissons-nous enseigner l’espérance par le sourire. N’ayons pas peur de Dieu et de sa présence toute proche. Quelque soit le désert de nos vies, il deviendra un jardin fleuri car « l’espérance ne déçoit pas » (Rm 5, 5). Elle est comme l’ancre qui nous relie à Dieu (cf. He 6, 19).

 

Charles Cornudet
Curé de la paroisse