Logo Paroisse Saint Colomban

La Nouvelle église Saint-Colomban

Retrouver toutes les informations sur le projet de la Nouvelle église Saint-Colomban.

Lire la suite

Saint-Colomban

Saint Colomban, marcheur de Dieu
Un article de Christine Martin. 

Lire la suite

Vie paroissiale

Retrouver toutes les actualités et informations paroissiales du moment.

Lire la suite

 

Dîners conviviaux de l’Avent

Chaque samedi soir du temps de l’Avent (encore 15 et 22 décembre) à partir de 20h, repas partagé à la maison paroissiale avec les plats apportés par chacun, animé par le père Charles qui vous offrira le vin. Ce sera l’occasion de bons échanges conviviaux dans la joie de Noël qui approche.

--------------

Programme des activités du patronage paroissial jusqu’à Noël

Il est toujours possible d’inscrire vos enfants au patronage paroissial. Pour mémoire, le patronage accueille les enfants de 7 à 13 ans les mercredis et samedis de 14h à 17h. Jusqu’à Noël, il est prévu différentes activités, dont des ateliers manuels de l’Avent. Entre autres, les enfants participeront à l’atelier créatif à la librairie Siloë le mercredi 12 décembre, au grand foot missionnaire à Chessy le samedi 15 décembre et animeront la messe et le goûter de Noël organisés pour les personnes âgées de la maison de retraite de la Guette le mercredi 19 décembre.

--------------

Équipes du rosaire

Ce mois-ci, les équipes du Rosaire de Chessy et d’Esbly se réuniront chacune le mardi 18 décembre à 14h30. Celle de Villeneuve-le-Comte se retrouvera le 10 décembre (2 ème lundi du mois). N’hésitez pas à contacter l’une des responsables pour y participer. Pour l’équipe de Chessy, Christine MOREL (01 60 43 98 11 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ), pour celle d’Esbly, Christine MARTIN (01 64 17 09 33 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ) et pour celle de Villeneuve-le-Comte, Bernadette ECKERT (01 60 43 00 30). Par ailleurs, à l’occasion de la semaine missionnaire, les trois équipes du Rosaire se retrouveront autour d’un déjeuner partagé avec la communauté Palavra Viva le mardi 11 décembre à la maison paroissiale à partir de 12h. Vous êtes tous bienvenus. Merci de signaler votre participation et celles de vos amis aux responsables d’équipe par mail ou par téléphone.

--------------

8 décembre 2018 : Béatification des 19 martyrs d’Algérie Méditation d’Hubert de Chergé, frère d’un des martyrs

Quel est le sens profond de cette béatification pour aujourd’hui ? A quelle JOIE sommes-nous appelés en la célébrant ? Mon frère Christian écrit : « Ma vie n’a pas plus de prix qu’une autre. Elle n’en a pas moins non plus ». Ce texte, écrit à la première personne du singulier en « je », a été vécu dans la mort en « nous ». Il est emblématique de ce qu’ont vécu les 6 autres moines de Tibhirine et les 12 autres religieux et religieuses qui ont tous DONNÉ leur vie à Dieu et à l’Algérie. Ce DON est au cœur de la vie cachée, solidaire, discrète de cette petite Église d’Algérie, Église de la Rencontre, vivant dans la simplicité du quotidien et dans le respect mutuel une amitié avec le peuple algérien placée par les uns et les autres sous le regard de Dieu. C’est ainsi que, pour la célébration de cette béatification, nous sommes appelés tout naturellement à nous recueillir en associant les 19 religieux et les 200.000 victimes d’une mort aussi brutale laissées dans l’indifférence de l’anonymat. Cette célébration est une merveilleuse occasion de se reconnaître mutuellement « complice du mal qui semble, hélas, prévaloir dans le monde … et de demander le pardon de Dieu et celui de nos frères en humanité » pour mieux se disposer à pardonner à ceux « quels qu’ils soient » qui provoquent la mort ou l’exclusion surtout s’ils disent agir en fidélité à ce qu’ils croient être … leur foi. La grâce du martyre dont ni Christian ni nul autre ne pouvait se réjouir porte ainsi le témoignage que l’amour vécu par ces 19 victimes chrétiennes était un amour partagé fait de rencontres avec tout un peuple musulman qui les aimait par-delà les différences devenues des richesses. C’est sans doute dans cette JOIE-là, joie de la rencontre, que peut se découvrir le sens profond de la béatification pour aujourd’hui, joie communicative de « larrons heureux » dont l’amitié est capable de toucher largement croyants ou incroyants. Dans un monde miné par les inégalités, les violences sans visage et la tentation de replis identitaires, la béatification est comparable à une petite graine de paix appelée à germer au cœur d’une humanité en quête de fraternité.

--------------

Message de Michel Aupetit, archevêque de Paris - L’urgence de la fraternité

Les événements récents montrent une souffrance importante d’une grande partie de nos concitoyens, qui génère la colère quand elle ne semble pas entendue et une frustration devant ce qui peut être pris pour de l’arrogance. Comme archevêque de Paris, je comprends la peine de ceux qui manifestent pacifiquement et luttent pour conserver une vie digne, je dénonce la violence scandaleuse de ceux qui en profitent pour saccager notre ville, je salue le courage des services de police et de gendarmerie et je m’unis au souci de nos gouvernants qui cherchent des réponses à la crise. Notre pays souffre d’une incompréhension généralisée. L’individualisme devient la valeur absolue au détriment du bien commun qui se construit sur l’attention aux autres et en particulier aux plus faibles.

Les valeurs de la République que sont la liberté et l’égalité sont parfois détournées par des réseaux d’influence qui réclament des droits nouveaux sans égard pour les plus vulnérables. Où sont les véritables priorités ? Les urgences nationales, les « grandes causes » de notre pays ne peuvent légitimement être celles des revendications communautaristes ou catégorielles. Le devoir primordial de l’État est de garantir pour chacun les moyens d’entretenir sa famille et de vivre dans la paix sociale.

Il nous faut reconstruire une société fraternelle. Or, pour être frères, encore faut-il une paternité commune. La conscience de Dieu le Père qui nous apprend à nous « aimer les uns les autres » a façonné l’âme de la France. L’oubli de Dieu nous laisse déboussolés et enfermés dans l’individualisme et le chacun pour soi. La violence engendre la vengeance et la haine. Apprenons ensemble à nous écouter vraiment et à nous parler sans à priori méprisant pour ceux qui ne pensent pas comme nous. J’appelle modestement les protagonistes à un véritable dialogue où chacun accepte de sortir de ses certitudes pour établir un vrai diagnostic d’une situation délétère et trouver humblement les voies d’une reconstruction fraternelle de notre société.

Je demande enfin aux chrétiens de prier et d’être ce qu’ils sont appelés à être au nom du Christ : des artisans de paix. Je porterai notre pays dans la prière lors de la Messe de l’Immaculée Conception du vendredi 7 décembre prochain à 18h30 à Notre Dame de Paris. En ces temps troubles que nous vivons, nous pourrons confier à la sainte Patronne de la France la paix de notre nation qui ne peut naître que de la justice.

+ Michel Aupetit Archevêque de Paris